chamailler


chamailler

chamailler [ ʃamaje ] v. <conjug. : 1>
• 1450; autre sens 1300; p.-ê. crois. entre l'a. fr. chapler « tailler en pièces » et l'a. fr. mailler « frapper » maillet
1 V. intr. Vx Se battre, combattre.
2(1690) Mod. SE CHAMAILLERv. pron. récipr. Se quereller bruyamment pour des raisons futiles. se disputer. « Il intervenait entre les gamins qui se chamaillaient sur la place » (Proust).

chamailler (se)
v. Pron. Fam. Se disputer bruyamment pour des vétilles.

⇒CHAMAILLER, verbe.
Familier
A.— Emploi intrans., vx.
1. Vocab. de la guerre. Combattre l'ennemi. Il a fort bien chamaillé avec 12 ou 15 000 hommes jusqu'à ce que les Russes soient venus manger et vaincre (J. DE MAISTRE, Correspondance, 1806-07, p. 331).
2. Lang. cour. (sens affaibli). Se battre, échanger des coups légers ou des paroles blessantes sans raison valable. Ils ricanent, ils plaisantent, ils chamaillent (A. DUMAS Père, Paul Jones, 1838, VI, p. 168).
Rem. Encore employé dans ce sens par G. DUHAMEL, Journal de Salavin, 1927, p. 161 et GUÉHENNO, Jean-Jacques, Grandeur et misère d'un esprit, 1952, p. 222, 244.
B.— Emploi trans.
1. Vieilli. Quereller quelqu'un. Chamâillant son vieux à hue et à dia (R. MARTIN DU GARD, La Gonfle, 1928, p. 1206).
Au fig. À quoi bon chamailler la révolution (HUGO, Quatre-vingt-treize, 1874, p. 25).
2. Cour., emploi pronom. Se chamailler, se chamailler avec (qqn). Échanger des coups sans gravité, et plus gén., se disputer, se quereller pour des futilités. Ce sont les gamins qui se chamaillent en revenant de l'école (AYMÉ, La Jument verte, 1933, p. 100) :
1. Une république moderne et une monarchie constitutionnelle sont identiques. N'importe! on se chamaille là-dessus, on crie, on se bat.
FLAUBERT, Correspondance, 1871, p. 282.
2. Un grand bruit éclata : c'étaient deux jeunes paysans qui se chamaillaient à propos d'un héritage, et s'invectivaient en termes grossiers.
MOSELLY, Terres lorraines, 1907, p. 293.
Rem. S'applique gén. aux enfants dans le sens « échanger des coups »; aux querelles familiales, sociales ou politiques dans l'emploi plus cour. de « se quereller avec des mots ».
Emploi subjectif :
3. Je m'apprête à me chamailler au Sénat à l'occasion de la loi sur les serinettes.
MÉRIMÉE, Lettres à la comtesse de Montijo, t. 2, 1870, p. 293.
Au fig. [Le suj. désigne des choses formant un assemblage curieux] Être mal assorti, former un contraste désagréable et choquant pour la vue. Synon. jurer. Ongles vernis, mais non assortis aux lèvres : les deux rouges se chamaillent (H. BAZIN, La Mort du petit cheval, 1949, p. 45).
Rem. 1. Chamaillade, subst. fém., néol. d'aut. Synon. expr. de chamaillerie. Phalanstère tout rempli du matin au soir de disputes, de chamaillades, d'engueulements (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1894, p. 545). Cf. aussi asticotage, appartenant également au vocab. des Goncourt. Prendre (...) plaisir aux chamaillades (...) aux asticotages (ID., Manette Salomon, 1867, p. 333). 2. Chamaillement, subst. masc. Autre synon. de chamaillerie. De tous les coins s'élevaient des cris, des paroles vives, d'interminables chamaillements (F. FABRE, Barnabé, 1875, p. 316).
Prononc. et Orth. :[]. [a] ant. pour la finale ds Pt Lar. 1968 et Lar. Lang. fr. Pour le timbre de la finale et pour [] mouillée cf. -ailler. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1307-15 intrans. « se frapper, se battre » (G. GUIART, Royaux lignages, éd. Buchon, I 6812, S. 299 ds T.-L. : Devant li rois ou l'en chamaille, Est li Barrois en la bataille); 1540 pronom. (Amadis, I, 10 ds HUG.); 1540 intrans. (Ibid., I, 13, ibid.); 1690 intrans. « se disputer » (FUR.); 1694 pronom. (Ac.). Prob. issu d'un croisement entre chapler « tailler en pièces, frapper en combattant » (ca 1100 Roland, éd. Bédier 1347, capler), issu d'un lat. cappulare « couper » dér. de cappare lui-même dér. de cappo (chapon), v. chapelure et mailler « frapper, donner des coups » (1172-75 CHR. DE TROYES, Chevalier Lion, éd. W. Foerster, 6152 ds T.-L.), dér. de mail. Fréq. abs. littér. :88. Bbg. SAIN. Sources t. 1, 1972 [1925], p. 378; t. 3, 1972 [1930], p. 399.

chamailler [ʃamɑje] v.
ÉTYM. V. 1300, au sens 2; p.-ê. d'un croisement entre l'anc. franç. chapler « tailler en pièces », du lat. cappulare « couper », et mailler « frapper ».
Familier.
1 V. intr. (1450). Vx. Se battre, combattre.
2 V. tr. Rare. || Chamailler qqn, le tourmenter par des disputes (cf. l'emploi transitif de Disputer). || Je ne vais pas vous chamailler pour si peu.
0.1 Je n'enviais pas les familles complètes de mes camarades, chamaillées par des potentats en veston.
Hervé Bazin, Qui j'ose aimer, II, p. 23.
——————
se chamailler v. pron.
ÉTYM. (1690).
Cour. Se disputer bruyamment, en général pour des raisons futiles. Disputer (se), quereller (se).(Réfl.). || Se chamailler avec qqn.(Récipr.) || Cessez de vous chamailler, les enfants !
1 Depuis trente ans qu'ils étaient mariés, ils se chamaillaient tous les jours.
Maupassant, Toine, p. 12.
1.1 Ah ! ces Parisiens ! ça se chamaille pour deux liards et ça va boire le fond de sa bourse chez le marchand de vin.
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 25.
2 Il intervenait (M. Vinteuil) entre les gamins qui se chamaillaient sur la place, prenait la défense des petits, faisait des sermons aux grands.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. I, p. 157.
3 — Je vous ai entendu crier. Oui, de ma chambre ! Je ne peux pas vous empêcher de vous chamailler : j'ai trop de choses à faire.
Duhamel, le Voyage de P. Périot, III, p. 51.
4 Que voulez-vous ? Je n'aime pas qu'on se chamaille. Mon seul plaisir est, comme ce soir, de rendre service à tout le monde.
Francis Carco, les Belles Manières, p. 38.
DÉR. Chamaille, chamaillerie, chamailleur, chamaillis.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • chamailler — CHAMAILLER. verbe n. Il ne se dit proprement qu en parlant d Une émeute où plusieurs personnes se battent confusément, et avec grand bruit. Ils chamaillèrent long temps. Il n est que du style familier. [b]f♛/b] Il est quelquefois actif avec le… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • chamailler — Chamailler, c est frapper à coups d espée, de hache, ou autre chose de fer sur un harnois ou autre fer rude. Il semble que le mot soit ainsi dit, parce que anciennement les hommes d armes estoient armez de hauberts qui estoient faits de mailles… …   Thresor de la langue françoyse

  • chamailler — CHAMAILLER. v. n. Se battre, se frapper les uns les autres à coups d espée, de pique, de baston &c. Ils chamaillerent long temps. On le fait quelquefois actif en y joignant le pronom personnel. Ils se chamaillerent deux heures durant. nous nous… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • chamailler — (cha mâ llé, ll mouillées, et non cha mâ yé) v. n. 1°   Se battre, et aussi avoir une dispute bruyante. •   Pour moi je n aime point à combattre de paroles, j aime mieux chamailler avec de bonnes armes, et montrer de vrais effets, Francion, l.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CHAMAILLER — v. n. Il ne se dit qu en parlant De plusieurs personnes qui se battent confusément et avec grand bruit. Ils chamaillèrent longtemps. Il est familier.  Il s emploie aussi, dans le même sens, avec le pronom personnel. Ils se chamaillèrent deux… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CHAMAILLER (SE) — v. pron. Se disputer avec beaucoup de bruit. Ils se chamaillèrent deux heures durant. Nous nous chamaillerons comme il faut. Ils se sont bien chamaillés. Ces deux femmes ne cessent de se chamailler …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • chamailler — (SE) vp. , se quereller, se disputer, se taquiner : se / sh chamailler shamalyî (Albanais 001b, Saxel, Thônes / 001a), se shamalyé (Arvillard 228) ; s kontrèyî (Cordon), s kontraryî (001) ; se tiralyé (228) ; sè tsarkotâ, C. i sè tsarkôton… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • se chamailler — ● se chamailler verbe pronominal (ancien français chapler, tailler en pièces, et maillier, frapper) Familier. Se disputer, se quereller pour des riens. ● se chamailler (synonymes) verbe pronominal (ancien français chapler, tailler en pièces, et… …   Encyclopédie Universelle

  • chamailleur — chamailleur, euse [ ʃamajɶr, øz ] n. et adj. • 1571; de chamailler ♦ Personne qui aime à se chamailler. ⇒ querelleur. Adj. Des enfants chamailleurs. « des visites babillardes et chamailleuses » (Duhamel). ● chamailleur, chamailleuse adjectif et… …   Encyclopédie Universelle

  • chamaillerie — [ ʃamajri ] n. f. • 1680; de chamailler ♦ Fam. Dispute, querelle. Des chamailleries continuelles. « tout pâle et déconfit d entendre cette chamaillerie » (Sand). On dit aussi chamaille , n. f. . ● chamaillerie ou chamaille nom féminin Familier.… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.